Eatsa de la tablette à l’assiette

Eatsa de la tablette à l’assiette

Il y a quelques mois a ouvert à San Francisco Eatsa, une enseigne de restauration spécialisée dans la préparation de salades à base de quinoa. OK, vous allez me dire qu’il n’y a rien d’étonnant à voir se développer ce type d’offre “healthy food” à destination de jeunes urbains soucieux de leur équilibre alimentaire. Soit.

image_chapeau

balsamic-beet

Mais là où le restaurant mérite le détour, c’est sur l’ergonomie de son mode opératoire. En effet, chez Easta, le client n’interagit avec aucun être humain visible dans la surface de vente. Tout se fait via des écrans tactiles.

Cette “déshumanisation” au moins visuelle (car il y a encore des équipes en cuisine, même si le créateur de Eatsa – un ancien astrophysicien passé chez Google –  pense un jour les remplacer par des robots) aurait pu donner naissance à un lieu sans âme ni autre intérêt que celui de la rapidité. Et bien non. Le concept parvient à créer une émotion et une expérience inédites au service de d’une restauration saine et plutôt savoureuse.

Envie de passer commande ?

  • Le menu est disponible via un iPad.  Des bowls (en carton recyclé) de quinoa que l’on agrémente d’ingrédients divers : haricots pinto, betteraves, maïs grillé, pois chiches, noix de pécan, sauce curry…Les calories sont étudiées, comme les prix (6,95 dollars le bol, soit 6,20 euros)

Eatsa-6

  • L’ordinateur envoie le reçu par courriel 
et, comme il a enregistré le nom du client grâce 
à sa carte de crédit, celui-ci est identifié sur l’écran de contrôle où apparaissent les commandes en cours de préparation. Les clients attendent, debout, devant le panneau électronique pour connaître le numéro de leur casier. Sur chaque bowl figure une étiquette personnalisée qui reprend la nature de la recette qui a été commandée.

IMG_0285

a-screen-overhead-broadcast-whose-orders-have-arrived-the-number-next-to-your-name-corresponds-with-the-cubby-where-your-food-is

CNyi55kVAAAaIc5

  • Vous voilà servi. Bon appétit.

Eatsa-7-e1440809226248

Quelques mots de conclusions et d’analyse personnelle :

  • Eatsa confirme que le quinoa est un ingrédient à fort potentiel, à la fois pour décliner une offre relativement profonde et rassurante en terme de vertus nutritionnelles.
  • Eatsa apporte une innovation réelle dans le monde de la restauration rapide. La marque place le digital au coeur de son concept et non pas comme une couche ajoutée à une ergonomie de restaurant fast food traditionnel. On peut bien sûr être un peu effrayé de voir disparaître l’interaction humaine. Mais force est de constater que dans bon nombre de chaines de restauration cette interaction est peu satisfaisante, tant elle est régie par une standardisation des process. Alors, plutôt que de demander à des humains de réagir en machines, autant utiliser les machines directement.
  • Remplacer des postes à faible qualification par une interface digitale a aussi le mérite de réduire le coût de la masse salariale, principale poste de dépense dans la restauration.
  • Le fait que la “cuisine” soit totalement masquée par les écrans pose question. Ne serait-ce que pour rassurer sur l’hygiène et la qualité de la préparation. Peut-être qu’à San Francisco, les clients ne sont pas inquiets sur ce point, mais en Europe, et en France en particulier, je crois que cela ferait sens.
  • Au delà du monde de la restauration, le process proposé par Easta pourrait se décliner aisément dans bon nombre d’autres secteurs d’activité. Au Royaume-Uni, la chaine Argos, dans le domaine de l’équipement de la maison, avait été un précurseur en la matière. Avec succès. On attend des initiatives comparables en France.

Pour découvrir d’autres concepts retail qui valent le détour, cliquer ICI