Les auberges de jeunesse nouvelle génération bouleversent l’industrie hôtelière (1/2)

Depuis quelques années, le secteur des Auberges de Jeunesse (ou Hostels) connaît un profond bouleversement.

Portées par la tendance de fond des chambres partagées (favorisée par la révolution AirBnB), les Auberges de Jeunesse nouvelle génération ciblent aujourd’hui le large public de tous ceux qui souhaitent accéder à une offre hôtelière de qualité sans avoir à débourser une fortune (autant dire un sacré défi dans les grandes métropoles, notamment en France).

La recette pour attirer jeunes et moins jeunes (les 15/30 ans sont le coeur de cible) dans ces établissements ?

  • une localisation centrale dans les grandes agglomérations,
  • du confort, du design, une modernité digne des grands hôtels de luxe,
  • du wifi super efficace partout,
  • une offre variée de prestations allant de la chambre partagée (qui n’a plus rien du dortoir à l’ancienne) jusqu’à la chambre individuelle ou la suite parentale,

Freehand hostel 03_meininger_zimmer meininger-hotel-brussels-city-center-24-room-csw8303slo-living-hostel

tumblr_kwbftwRP131qai3sgo5_r1_128016aqrnp

  • des grands espaces conviviaux où se déroulent également des soirées ou des événements

000068-1378127018 socialsp-17 50632720x51b5c1f5bbb

  • des services (cuisine partagée, laverie, restauration)

Bilder_MEININGER_Hotel_Berlin_Airport__Bar_Q9C863807_belushis

031381-1421162684

Les tarifs ? : de 30 euros en moyenne pour une chambre partagée jusqu’à 75 euros pour les chambres individuelles les plus hauts de gamme. Et, pour les opérateurs de ces établissements, toute une panoplie d’occasion de développer des revenus additionnels en fixant la clientèle sur place bien plus longtemps que dans un hôtel économique classique (qu’on surtout envie de vite quitter)  et en lui offrant un rapport qualité/prix/expérience ultra compétitif.

Vous regrettez déjà d’avoir réserver à l’IBIS du coin ? On vous comprend.

Pour autant, dans les années à venir, la frontière entre “hôtellerie économique” et “hostels” n’aura sans doute bientôt plus lieu d’être. Les premiers sont condamnés à élever radicalement le niveau de leur prestations pour rejoindre les seconds dans une grande catégorie d’hôtels à positionnement économique, confortables et modernes. Le business model évolue et va reposer sur une plus large variété de prestations à la carte qui vont au delà de la simple nuit.

Notons que les grands opérateurs du secteur considèrent que les “hostels du luxe” sont tout bonnement l’avenir de leur métier.

Et si finalement c’était AirBnB qui allait en souffrir ?